Amener Médor au bureau? C’est possible chez Nestlé

de | 7 juin 2016

La Tour-de-PeilzLes employés de Nestlé peuvent venir travailler avec leur toutou. Vu son succès, l’expérience devrait être étendue ailleurs en Suisse.

«Nous avons pu constater que les chiens rendent la vie au bureau plus belle», assure Simone Gravante, cheffe de projet. A La Tour-de-Peilz, les employés de Nestlé Suisse peuvent désormais venir travailler avec leur chien. Et ils sont déjà une quinzaine de propriétaires de toutous, du chihuahua au dogue allemand, à réserver régulièrement les places disponibles, à la demande, dans les bâtiments d’Entre-deux-Villes.

Le remède au stress

Si, en Suisse, des patrons de PME autorisent parfois leurs collaborateurs à œuvrer en compagnie de leur fidèle compagnon, cette initiative émanant d’une société d’envergure mondiale est plus rare. Mais elle commence à faire son chemin, à l’exemple de Google. «Pour notre part, nous faisons déjà des émules auprès de sociétés de passage chez nous qui s’inspirent de notre exemple», glisse Simone Gravante. L’expérience avait été lancée il y a quelque temps par la société Purina, propriété de Nestlé, spécialisée dans les produits pour animaux de compagnie. Vu son son succès, elle devrait être étendue à d’au­tres sites de la multinationale en Suisse et à l’étranger.

Les employés propriétaires de chiens y trouvent bien évidemment leur compte: «Cette possibilité de l’emmener avec moi facilite non seulement l’organisation de ma journée, mais renforce aussi ma relation avec mon chien», commente Lena Aeschlimann, assistante de vente, aux côtés de Jambo, son terrier irlandais. Mais l’entreprise semble aussi avoir tout intérêt à autoriser ces animaux dans ses locaux, à entendre Sandra Bruckner, vétérinaire chez Nestlé/Purina: «Des études récentes démontrent que la présence de chiens dans les bureaux réduit le stress ambiant, apaise les employés et les rapproche, augmen­te leur sentiment d’appartenance à l’entreprise et renforce la cohésion des collaborateurs.» «Tout se passe très bien, confirme Nancy Foglietta, employée non-propriétaire d’un chien. Avec les chiens, l’ambiance est plus décontractée et joyeuse. Et les gens sont plus ouverts.»

Plus souvent aux côtés de leur fidèle compagnon, les humains seraient également en meilleure santé puisque la présence de leur caniche ou de leur teckel réduirait leur pression sanguine et le risque d’infarctus. «En outre, cette possibilité offerte à nos employés nous permet aussi parfois de retenir nos bons éléments propriétaires de chiens qui sont tentés de partir», ajoute Simone Gravante

Les toutous y trouvent également leur compte: «Car un chien est un animal social avant tout et pas un jouet, poursuit Sandra Bruckner. Le pire que l’on puisse lui faire est de le laisser seul. Notre démarche répond donc pleinement à ses besoins.» Chez Nestlé Suisse à La Tour-de-Peilz, la coexistence entre canidés et humains fait l’objet d’un règlement (lire ci-contre). «Les employés intéressés à obtenir un passeport d’entrée pour leur compagnon à quatre pattes doivent remplir un questionnaire qui nous permet de nous assurer que le chien est vacciné, pucé, couvert par une assurance RC et, surtout, éduqué», explique Simone Gravante. Une journée test à l’extérieur et à l’intérieur des bâtiments permet ensuite de s’assurer que l’animal est bien sociabilisé et à l’aise en présence de personnes et de congénères inconnus.

Une zone autorisée

Si tout se passe bien, le chien obtient son sésame qui lui ouvre les portes de la zone autorisée, au rez-de-chaussée. Chaque toutou y a droit à une auge, à une longe, lui permettant de se déplacer dans un périmètre défini, et à du matériel «en cas d’accident», dont un sac pour excréments et du sent-bon. En revanche, il n’a pas le droit de manger dans le bâtiment, afin de ne pas créer de tensions chez les autres chiens. Jusqu’ici, depuis que l’expérience a été lancée il y a quelques semaines, tout s’est bien passé. Le chihuahua et le dogue allemand sont devenus d’excellents amis.

Source : 24heures.ch

Laisser un commentaire