Bien-être à l’extrême

de | 15 mai 2016
Les coachs, les célébrités et les gourous santé nous bombardent d’information, au point où, comme le résume la psychologue Stéphanie Léonard, nous finissons par être « épuisés de bien-être ». Sommes-nous mieux pour autant ?
Jordan Younger raconte que même si elle mettait... (PHOTO TIRÉE DU SITE THE BALANCED BLONDE) - image 2.0Quand la santé devient une obsession

Jordan Younger pouvait passer 20 minutes devant le réfrigérateur, paralysée d’angoisse à l’idée de faire le mauvais choix. La jeune Californienne, auteure du blogue The Vegan Blonde, pensait à ce qu’elle allait manger du matin au soir, et planifiait ses repas des semaines à l’avance.

Pour la blogueuse comme pour bien d’autres, la nutrition n’était au départ qu’une saine passion. On assiste d’ailleurs à un engouement sans précédent pour tout ce qui est « bien-être », inspiré par Gwyneth Paltrow et une kyrielle d’autres célébrités qui s’en sont proclamées les experts.

D’un côté, « que ce soit à la mode, ça peut être très positif », fait remarquer Fannie Dagenais, nutritionniste. « Ça amène les gens à faire attention à ce qu’ils vont mettre dans leur assiette et à cuisiner à la maison, ce qui est généralement de meilleure qualité. »

Le problème, c’est que tous ces selfies de starlettes en route vers leur cours de yoga, smoothie à la main, peuvent finir par nous décourager.

« Les gens vont regarder ça de loin, vont trouver ça très beau, très esthétique, mais eux ne le feront pas, parce qu’ils vont avoir l’impression que ce n’est pas à leur portée, explique Fannie Dagenais. Ils vont se dire : « Mon Dieu, c’est comme le triple axel olympique, je n’y arriverai jamais. » »

la suite sur :  La Presse / Art. de VANESSA FONTAINE 

Laisser un commentaire